Logo alliance forêt boréale

Le terrorisme écologique : une menace au-delà des frontières

Roger Sigouin, maire de Hearst, et Peter Politis, maire de Cochrane, se sont joints à Michael Doody, conseiller municipal de Timmins et président de l’Association des municipalités du nord-est de l’Ontario (NEOMA) dans le but d’affirmer leur solidarité au sujet d’enjeux municipaux communs liés aux répercussions négatives de l’extrémisme environnemental sur l’avenir de leurs régions. Après avoir livré leur message au gouvernement fédéral le 27 mai dernier, les maires ont unanimement décidé d’explorer la possibilité de former une association officielle Ontario/Québec pour la suite des choses.

L’affirmation selon laquelle le caribou est une « espèce menacée » a été remise en question par les maires qui ont cité une recherche récente financée par le gouvernement de l’Ontario (qui a dépensé 11 millions de dollars pour appuyer sur des données scientifiques sa politique contestée sur le caribou). Il y a été démontré que la récession de l’aire du caribou est minimale depuis les années 1950. Elle a également mis en doute la validité de la théorie sur les écotypes du caribou des bois, laquelle divise l’espèce en deux écotypes, l’un faisant douteusement partie des espèces « menacées » de la province. La recherche s’interroge également sur la tactique à multiples classes utilisée par les extrémistes comme Greenpeace, qui ne font que subdiviser la population en « écotypes » jusqu’à ce qu’ils forment de si petits groupes que le spectre d’une menace est créé. La communauté scientifique (y compris l’étude de 11 millions de dollars financée par le gouvernement de l’Ontario) doit toujours prouver l’existence d’une différence génétique entre le caribou des bois sylvicole et le caribou de l’écotype toundrique. En fait, les données suggèrent plutôt qu’un caribou demeure un caribou en ce qui concerne la génétique.

Les maires ont souligné qu’un portrait plus juste est obtenu en soulevant le fait que le caribou est l’ongulé sauvage le plus abondant au Canada. Au nombre de 3,89 millions d’individus répartis partout au Canada, les caribous sont plus nombreux que les cerfs, les orignaux et les wapitis réunis. Plusieurs autres faits ont été rétablis. Moins de 0,5 % des forêts de l’Ontario sont récoltées annuellement, tandis que plus de la moitié est entièrement soustraite à l’exploitation. Quarante pour cent des forêts exploitées certifiées durables se trouvent au Canada. Quatre-vingt-quinze pour cent du couvert forestier qui existait il y a 200 ans existe encore aujourd’hui.

À ce sujet, le maire Politis a affirmé : « Le programme irrationnel d’extrémistes vivant à des milliers de kilomètres et aveuglés par leurs propres intérêts a détourné l’attention de la réalité, celle d’un aménagement forestier reconnu mondialement qui est appliqué dans le Nord de l’Ontario et qui préserve certaines des dernières occasions de développement durable restantes. »

La NEOMA a demandé aux maires Sigouin et Politis de former un groupe de travail qui doit mener un processus exploratoire auprès des municipalités des deux provinces et faire état des résultats à l’occasion d’une rencontre prévue en septembre prochain à Hearst. L’objectif est de tenir un débat éclairé au sein de l’association sur le bien-fondé et le potentiel d’une telle alliance, avant de s’engager dans une direction précise.

« En tant que maires, nous ne pouvons plus rester les bras croisés pendant que le gouvernement adopte des politiques qui mettent nos collectivités en danger, à court et à long termes, sous l’influence de riches extrémistes, déclare le maire Sigouin. Les maires présents à la réunion étaient clairement d’accord sur ce point, et il est temps pour nous de prendre les mesures nécessaires pour le bien des familles que nous représentons. Il faut notamment travailler avec le gouvernement à la recherche de solutions et reconnaître que les meilleurs scientifiques sont les gens qui vivent ici. »

« Je suis enchanté d’avoir la chance de faire partie d’un moment historique, ajoute le maire Politis, où les Canadiens du Nord font tomber les frontières pour s’unir derrière une cause commune : défendre le plus grand mode de vie qui soit dans le meilleur coin de pays sur la planète. Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que nous sommes nombreux et organisés. Je suis heureux à l’idée de continuer de bâtir cette alliance et de garantir que la population entière qui vit ici, ainsi que son mode vie partagé par des Canadiens d’un océan à l’autre, ne soit plus écartée des discussions. De temps à autres survient un changement de paradigme où une évolution historique devient possible. Je pense qu’une telle occasion se présente maintenant, et la rencontre avec les autres maires me galvanise et me remplit d’espoir. Nos régions font les frais d’une ingénierie sociale et de politiques qui prennent des proportions dangereuses et nuisent au développement et à la croissance d’une population entière et de son mode de vie. Je souhaite voir les pièces du casse-tête tomber en place de manière à nous permettre de faire efficacement contrepoids. »

Le président de la NEOMA, Michael Doody, résume en disant : « Il s’agit d’une initiative extrêmement importante, dont l’enjeu est crucial pour notre association. Lorsque les municipalités s’entendent et unissent leurs efforts pour atteindre des objectifs communs, les familles locales ont une belle occasion de prospérer et, dans le cas présent, de pousser un soupir de soulagement. J’attends le rapport des maires Sigouin et Politis avec impatience. »

Commentaires